Comme un béluga prisonnier des glaces

Mon nouveau roman est aujourd’hui disponible sur Amazon (versions ebook et broché) :

Commander  « Comme un béluga prisonnier des glaces »

Bonne lecture !

cover recto Comme un béluga

Plusieurs mois après la rupture, Solenn ne parvient toujours pas à faire le deuil de sa passion amoureuse, et souffre d’une grave dépression. Ce traumatisme émotionnel, révélateur d’une souffrance bien plus profonde, va pousser Solenn à une longue et éprouvante introspection, entre errances et thérapies, rémissions et rechutes, espérance et désespoir.

Cinq ans après son premier roman « L’attrape-rêves », Léa Viler replonge au cœur d’une expérience intime qui fut un tournant décisif de son existence.

Roman autobiographique, « Comme un béluga prisonnier des glaces » raconte l’histoire de cette résilience.

Publicités

Roman achevé… ?

… Lorsqu’on a écrit le dernier mot de la dernière phrase du dernier chapitre, un livre est-il achevé ?

Oui, certes… l’histoire est bouclée, les personnages ont évolué, mais le roman est-il réellement terminé, abouti ? L’auteure pourrait en douter… en doutera sûrement, quelque temps. Alors elle lira et relira, modifiera certains passages, certains mots, supprimera une virgule, ajoutera un adjectif, modifiera à nouveau les modifications… Bien sûr, une œuvre est toujours perfectible…

Mais j’ai fait mienne cette citation d’Elizabeth Gilbert : « Et pour commencer, oubliez la perfection. Nous n’avons pas le temps d’être parfaits. En tout cas la perfection est impossible à atteindre : c’est un mythe, un piège, une roue pour hamster où vous vous épuiserez à tourner jusqu’à la mort… Le perfectionnisme empêche les gens d’achever leur travail, certes- mais pire encore, il les empêche de le commencer. »

Et au fil de mes publications, grâce à la reconnaissance des lectrices et des lecteurs, j’ai acquis suffisamment de confiance pour ne plus hésiter à partager mes créations littéraires, même modestes, même imparfaites… L’essentiel reste de s’être dévouée, de s’être appliquée afin d’être satisfaite de son travail :

« L’ultime geste de confiance créative-et c’est parfois le plus difficile-consiste à faire connaître au monde votre travail une fois qu’il est achevé. » Elizabeth Gilbert

C’est à ce moment-là que l’éditrice intervient : elle signifie à l’auteure que le manuscrit est effectivement achevé, prêt à être publié, et lui propose une date de parution.

Et quand l’auteure et l’éditrice ne sont qu’une seule et même personne… cela devient plus problématique… ou plus flexible…

En tant qu’auteure, j’ai donc décidé de prendre des vacances avant d’endosser le rôle de l’éditrice et de préparer la sortie de mon nouveau roman.

Tout au long de cet été, l’une comme l’autre promettons de vous donner des nouvelles (et aussi quelques indices) sur le petit dernier 🙂

Bel été à toutes & tous !

A bientôt !

DSC_0178

SOMEBODY is here !

couv somebody + claire

SOMEBODY, mon tout nouveau roman, est aujourd’hui disponible sur Amazon (versions ebook et broché) !

Ce roman participe au concours « Les Plumes Francophones » organisé par Amazon et TV5 Monde.
Les critères de ce concours, qui prendra fin le 31 août, sont à la fois quantitatifs (nombre de ventes) et qualitatifs (notes et commentaires sur Amazon).

Merci d’avance  pour votre soutien et bonne lecture !

Commander SOMEBODY

SOMEBODY : J-7

couv somebody + claire

Je fais quelques mètres et débouche sur l’Ocean Front Walk, face à l’immense plage. Je m’arrête un instant pour profiter de l’horizon et respirer l’air marin. Le ciel est zébré de larges bandes pastel et une légère brise aux effluves salées m’enveloppe délicieusement. Je prends une profonde inspiration, comme un second souffle pour un nouveau départ. Nous sommes le 21 mars 1991, premier jour du printemps…

SOMEBODY : J-15 !

couv somebody + claire

Los Angeles, printemps 1991.

Charlie, 20 ans, des rêves de cinéma plein la tête, débarque à Venice Beach.

Au fil des jours, dans ce décor extravagant et chamarré, au gré de rencontres hétéroclites, son petit monde se peuple de personnages hauts en couleur et attachants, et son existence s’enrichit d’expériences surprenantes, tour à tour réjouissantes ou décevantes, et parfois même éprouvantes.

Billy, 85 ans, bouquiniste à Venice Beach, a lui aussi une histoire à raconter… une histoire étonnante… l’histoire de quelqu’un… l’histoire de Somebody.

L’Autre Côté a 2 ans

AC 3bis_ ss ombre

En avril 2014, je publiai mon second roman, L’Autre Côté.

Aujourd’hui pour son deuxième anniversaire, j’avais envie de mettre en avant ce petit frère un peu occulté par L’attrape-rêves et Fière Mary, ses deux sœurs plus remarquées.

J’aimerais aussi remercier toutes celles et tous ceux qui ont traversé de L’Autre Côté.

Pour évoquer ce roman, voici le commentaire d’une lectrice, suivi d’un extrait du roman.

Commentaire :

Entre rêve et réalité (par SyGeroux, Amazon, 3 novembre 2014)

Justement, on y est entrainé dans cet espace si particulier entre le rêve qu’on vient de quitter et la réalité qui ne nous a pas encore rattrapé. Ce roman est un peu comme ces nouvelles fantastiques de Gautier où l’on n’est jamais sûr de quel côté de la barrière on se trouve.
On s’attache aux 4 personnages principaux qui luttent pour leur vie, leur amour ou leur cause, et on suit leur évolution avec une inquiétude que l’ambiance post-apocalyptique ne peut qu’amplifier. Peu importe la religion qui prime, l’idée d’un durcissement fanatique menant à la chasse aux sorcières (ou dans ce cas à la chasse au LGBT) en temps de peur ambiante, sonne bien trop juste malheureusement.
Encore une fois, un roman très bien écrit qui nous entraîne hors du quotidien.

Extrait :

Une fois chez elle, Angela allume d’abord le feu dans l’âtre. Elle s’assoit dans le fauteuil à bascule en rotin tout près de la cheminée, ôte ses baskets et pose ses pieds sur le bord du foyer. L’image de Phyllis devant la cabane de Juan lui revient en tête. Avec elle, des souvenirs tentent de refaire surface, suivis de près d’un cortège d’émotions confuses qu’Angela veut éviter. Elle décide de se faire un café pour détourner son attention de cette spirale de sentiments qui risquent de l’emporter encore une fois. La bouilloire accrochée à la crémaillère ne tarde pas à siffler. Angela verse l’eau brûlante dans un mug portant le logo de « Starbucks Coffee », ajoute une cuillère de café lyophilisé, et quelques gouttes de la bonbonne de gin artisanal distillé par Harvey. Elle se réinstalle dans le fauteuil, allonge de nouveau ses jambes vers la cheminée et sirote doucement son café « arrangé ». La silhouette de Phyllis refait une apparition (« toujours svelte et galbée »). A cette évocation, le souvenir de leur rencontre parvient à s’imposer.

C’était au marathon de New-York. Angela avait encore une fois poussé ses limites dans le rouge, et au trente et unième kilomètre, juste à l’entrée de Central Park, comme un ultime avertissement, son organisme au bord de la rupture l’avait brutalement forcée à s’arrêter pour vomir. Alors qu’elle se maudissait d’avoir mal géré ses efforts, pliée en deux au-dessus du trottoir qu’un groupe de spectateurs dégoûtés avaient rapidement déserté, une main s’était posée sur son épaule. Par un réflexe idiot qu’elle avait regretté dans la seconde qui avait suivi, Angela s’était relevée et, tout en reniflant et s’essuyant la bouche d’un revers de manche, avait souri à une charmante femme blonde. Elle avait reconnu sa partenaire anonyme avec laquelle elles s’étaient relayées tout au long des dix derniers kilomètres. Sur le moment, Angela n’avait pas compris pourquoi cette concurrente s’était arrêtée, compromettant sa performance pour s’enquérir d’une inconnue. Phyllis lui avait tendu un mouchoir et lui avait simplement demandé : « Est-ce que ça va ? ». Comme par miracle, la nausée avait disparu et Angela avait retrouvé l’envie de terminer la course aux côtés de cette si bienveillante coéquipière : « Oui, merci, je crois que ça va aller. ».

Mais cette image s’évanouit soudain pour laisser la place à celle plus récente et douloureuse du visage exténué et inquiet de Phyllis implorante : « Angela, il faut faire demi-tour ! ».

Angela sent alors affleurer la lente et diffuse torture des remords, comme une marée de fiel à l’acidité corrosive. Désarmée face à cet assaut, elle ajoute une rasade de gin à son café, et boit en fixant les flammes, en espérant que l’alcool et la chaleur la plongeront rapidement dans une léthargie apaisante.